Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

CNDH-Togo.org

Login   A+   A-

Activités «  

Ouverture d'un camp régional des jeunes pour les droits de l'Homme

L'ONG RADI ouvre à Atakpamé un Camp Régional des Jeunes pour les Droits de l'Homme : la CNDH forme les participants.

camp-jeunes-1.jpg camp-jeunes-2.jpg

Dans le cadre du renforcement de ses relations de partenariat avec les Organisations de la Société Civile , la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH) a contribué à la formation d'une cinquantaine d'étudiants sur les droits de l'homme. Réunis du 24 au 28 juillet 2008 à Atakpamé, dans le cadre d'un Camp Régional des Jeunes pour les Droits de l'Homme, ces étudiants issus pour la plupart de la Région des Plateaux ont planché sur un thème d'actualité à savoir, « l'engagement des jeunes, une garantie pour l'Etat de Droit et la paix ».

  Cette rencontre a été initiée par l'ONG Recherche Action pour un Développement Intégral (RADI), avec l'appui technique et financier des institutions et organismes comme la CNDH , le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l'Homme (HCDH) bureau du Togo et Population Services International (PSI). Son objectif était d'amener les participants à approfondir leurs connaissances en droits de l'homme afin de permettre une meilleure prise de conscience dans la promotion et la protection des droits de l'homme.

Le soutien de la CNDH à cette ONG a été à la fois technique et matériel. En effet, la Commission , à travers son Secrétaire Administratif, Monsieur TCHAA Kossi Bamazi, a été invitée pour développer un thème portant sur les «  Mécanismes de protection et de promotion des droits de l'homme au Togo : la CNDH ».

Introduisant son sujet, l'orateur a défini les mécanismes de protection des droits de l'homme comme « l'ensemble des structures ou organes mis en place en vue de veiller à l'effectivité des droits de l'homme par un contrôle de l'application des instruments (textes) qui les proclament ou, en définitive, par un contrôle de la mise en œuvre réelle de ces droits et éventuellement la sanction de leur violation ».

Pour le conférencier, dans le respect de ses engagements internationaux, le Togo a créé des mécanismes de réalisation des droits de l'homme qui, selon leur nature, se distinguent entre les mécanismes juridictionnels et non juridictionnels.

Parmi les mécanismes juridictionnels se trouvent les juridictions de l'ordre judiciaire (réparties entre les juridictions de droit commun et les juridictions administratives et qui sont les gardiennes des libertés individuelles et collectives) et la cour constitutionnelle qui, est chargée de contrôler la conformité des lois à la Constitution.

S'agissant des mécanismes non juridictionnels des droits de l'homme, l'exposant a fait savoir qu'ils sont généralement investis de la mission de promotion, de conseil, de plaidoyer, de dénonciation, de vérification, d'alerte et, lorsqu'ils sont habilités à examiner des plaintes de violation des droits de l'homme, ils procèdent par la médiation ou le règlement à l'amiable. L'intérêt de ces mécanismes selon lui, tient à l'importance capitale de l'éducation pour l'effectivité des droits de l'homme.

Comme exemples de ces mécanismes non juridictionnels dans le contexte togolais, le conférencier a cité outre la CNDH , des acteurs privés tels que les ONG et associations de défense des droits de l'homme et des acteurs publics, comme le Ministère des Droits de l'Homme, le Médiateur de la République , la HAAC , le HCRAH…

Monsieur TCHAA a saisi l'occasion pour expliquer aux participants, la mission, la composition et le fonctionnement de la CNDH , ainsi que son mode de saisine et la procédure de règlement des cas de violation des droits de l'homme dont elle est saisie.

En somme, cette communication a permis aux séminaristes de connaître la CNDH et la nécessité d'avoir recours à elle pour promouvoir et protéger non seulement leurs propres droits, mais aussi ceux des autres. Vivement que ces genres de rencontres se perpétuent pour promouvoir les droits de l'homme et consolider l'Etat de droit et la démocratie dans notre pays.

Signalons qu'au-delà de cet appui technique, la Commission a aussi apporté un appui matériel à cette rencontre. Les participants ont, en effet, eu droit à une documentation composée d'exemplaires de la Constitution Togolaise et de la loi organique sur la CNDH , des pamphlets de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (DUDH) ainsi que d'autres documents sur les activités de la Commission , notamment celui relatif à « l'éducation aux droits de l'homme dans les établissements scolaires des 2 e et 3 e degrés », produit en 2004.

Innocent POPOLE