Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

CNDH-Togo.org

Login   A+   A-

Activités «  

Catastrophe naturelle : la CNDH rend visite aux sinistrés dans les centres d'accueil

Les inondations, conséquences des pluies diluviennes que connaissent certaines populations de notre pays depuis près de deux semaines déjà, n'ont pas laissé indifférente la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH).

sinistre-1.jpg sinistre-2.jpg

En effet, les 08 et 09 août 2008, une délégation de cette institution conduite par le Commissaire Ibrahim NASSOMA, était sur le terrain pour rencontrer les déplacés internes regroupés dans différents centres d'accueil. L'objectif de ce déplacement vers les sinistrés était de leur exprimer la compassion, la solidarité et le soutien de la Commission face à la situation difficile qu'ils traversent.

Que ce soit au centre d'accueil des déplacés de Baguida (l'un des plus grands sites des sinistrés), Adakpamé, Kagomé, Adamavo, Attiégou, Kélégougan ou Davié la délégation de la CNDH , après avoir écouté avec attention les explications des responsables sur la gestion de ces centres, s'est assurée du bon déroulement des activités de prise en charge des sinistrés en visitant les installations prévues pour la circonstance. Elle a saisi l'occasion pour les remercier et les féliciter pour les sacrifices qu'ils ont consentis en faveur des sinistrés. La délégation s'est surtout félicitée des mesures et actions prises par les Autorités afin de soulager les souffrances de nos compatriotes victimes de cette catastrophe naturelle.

Ils ressort des déclarations recueillies sur place auprès des sinistrés eux-mêmes, qu'ils vivent dans de meilleures conditions. «  Il n'y a pas de problème ici dans le camp. Nous sommes bien nourris et bien soignés. Nous, les grands, nous mangeons trois fois par jour et les enfants quatre fois par jour. Nous faisons nous-mêmes la cuisine et nous préparons ce que nous voulons. On ne nous impose rien. Quand nous sommes malades, nous sommes soignés gratuitement…  », a déclaré un sinistré du camp de Baguida à la délégation. Cette même information a été confirmée dans les autres camps où la délégation de la CNDH est passée.

Si la majeure partie des droits des déplacés est assurée dans les camps, notamment le droit à l'alimentation, au logement, à l'habillement, aux soins médicaux… certains déplacés se plaignent encore de manque de couvertures et de moustiquaires en cette période de pluies et de mousson. Dans certains camps comme ceux d'Adakpamé et d'Attiégou, ce sont plutôt les besoins en nattes et en pots (pour les toilettes des enfants) qui ont été exprimés. Ailleurs encore, en plus des besoins signalés plus haut, se posent les problèmes de sécurité, d'ustensiles de cuisines, de sanitaires, de soins médicaux, et de moyens de déplacement, comme c'est le cas du site d'Adamavo II (encore appelé site de Torko), situé dans l'enceinte du CEG Privé «  La Floraison  », non loin de Radio la Grâce.

Ce site qui regroupe 173 personnes dont 39 femmes, 22 hommes et 112 enfants, tous issus de Mayacopé, serait dans une certaine insécurité. Aucun agent des forces de l'ordre ou de sécurité n'y est perceptible, mis à part le personnel du Ministère de l'Action Sociale, de la Promotion de la Femme , de la Protection de l'Enfant et des Personnes Agées. Interrogés, les responsables de ce camp ont laissé entendre que le premier jour de leur arrivée (le 05 août 2008) les agents des forces de sécurité étaient sur les lieux, mais qu'ils ont replié sur le site de Baguida où les déplacés sont plus nombreux. La conséquence est que des sinistrés sont souvent agressés dans le camp. « Nous sommes souvent agressés. Des intruis viennent nous demander de les inscrire. Nous refusons parce que nous n'avons pas reçu de consignes dans ce sens et ils nous menacent », a déclaré Monsieur DZOKPE Kwoami, un des responsables de ce camp.

Il faut rappeler que c'est vers la fin du mois de juillet 2008 que les pluies diluviennes se sont abattues sur le pays, principalement dans les Régions des Plateaux et Maritime, occasionnant une dizaine de victimes et des dégâts matériels très importants.

CC/CNDH Août 2008

Innocent POPOLE

  sinistre-3.jpg sinistre-4.jpg sinistre-5.jpg sinistre-6.jpg sinistre-7.jpg